PARTENARIAT ENTRE LES PARENTS ET LE PERSONNEL DES ÉCOLES

image

Le COPA et la Fédération des enseignantes et des enseignants de l’Ontario offrent au personnel des écoles un nouveau guide intitulé Établir des milieux sains et inclusifs : Partenariat avec les parents, les tutrices et les tuteurs.

Ce guide fait partie du projet Bien-être@l’école qui été financé par le ministère de l’Éducation de l’Ontario.

(Vous pouvez en commander un exemplaire en visitant notre boutique en ligne à infocopa.com.)

Voici un extrait du guide :

Prise de conscience

En prenant conscience de notre identité et de nos privilèges, nous aurons une idée plus claire des hypothèses que nous formulons sur certaines personnes et familles, par exemple :

· Qu’est-ce qui constitue une famille « normale »? Quels en sont les membres? Quelle est sa composition?

· Qu’est-ce qu’une « bonne » famille? Comment et où vivent ses membres? Comment se comportent ses membres? À quoi ressemblent-ils?

· Qu’est-ce qu’un « bon » parent? Qu’est-ce qui caractérise son comportement?

Nous avons toutes et tous des préjugés qui peuvent faire surface à tout instant. Si nous prenons le temps d’analyser nos pensées et nos sentiments, nous sommes plus susceptibles de nous rendre compte que nous sommes en train de porter un jugement sur les parents ou de leur accoler une étiquette. Il peut se révéler utile à ce stade de penser au déséquilibre du pouvoir systémique et complexe qui peut influencer les interactions entre les parents et le système scolaire.

Ouverture d’esprit

Tout comme nos élèves, les parents représentent la diversité de notre société et de nos collectivités. Si nous faisons preuve d’ouverture d’esprit à l’égard des idées et du vécu des parents, ils se sentiront sans doute moins jugés. En faisant l’effort mental d’accepter même les différences qui peuvent aller à l’encontre de notre vision du monde, et de remettre en question nos idées préconçues, nous créons un milieu où les parents pourront se sentir en sécurité, acceptés et les bienvenus. Ils seront donc sans doute moins portés à adopter une attitude défensive et plus susceptibles eux aussi de faire preuve d’ouverture d’esprit.

Être réceptifs aux points de vue et au vécu des parents implique être prêts à nous remettre en question. Lorsque nous faisons preuve d’une ouverture d’esprit, nous nous montrons disposés à apprendre des parents et à leur donner la chance d’être nos éducateurs.

Cela dit, il importe de faire preuve de jugement étant donné que nous sommes responsables du bien-être de nos élèves. Nous pouvons essayer de faire une distinction honnête et sincère entre nos préjugés, nos valeurs personnelles et nos idées préconçues et notre évaluation professionnelle de la situation et de ses répercussions sur nos élèves.

Les mots pour le dire : Voici quelques phrases qui reflètent une ouverture d’esprit à l’égard des points de vue des parents :

· Je comprends ce que vous me dites. J’aimerais en savoir un peu plus. Pouvez-vous me donner un exemple précis sur la façon dont j’aurais été injuste envers votre enfant?

· Je constate que, de votre point de vue, je n’ai pas fait suffisamment de choses pour m’assurer que votre enfant s’intègre bien. Permettez-moi de vous donner quelques exemples des mesures que j’ai prises. Nous pourrions ensuite voir ensemble si vous pensez que je peux faire autre chose.

Ne manquez pas de visionner notre nouvelle série de capsules créées pour le personnel enseignant par le COPA, la FEO et Endless Films .

Visitez le site Web bienetrealecole.ca. Entrez en contact avec nous pour obtenir un exemplaire de notre catalogue de ressources destinées au personnel des écoles et de notre catalogue de ressources pour les parents.

image